Blog

[ MCAZoom #2 ] Revue de presse

Aujourd’hui nous vous retrouvons avec la 2nd édition de notre revue de presse digitale ! Nous passons à la loupe pour vous les dernières actualités et tendances industrielles. Très bonne lecture à tous !

Actualité n°1 : Covid-19 : la crise actuelle sera-t-elle moteur de la transformation numérique ?

La crise actuelle pousse les entreprises à revoir en profondeur leur méthodologie de travail. Avant toute chose, c’est la question de la transformation numérique qui est au cœur des discussions avec un contexte économique plus propice que jamais.

L’arrêt brutal de certaines activités a été un « wakeup call » plus au moins violent pour des entreprises qui jusque-là n’avaient pas encore enclenché leur tournant digital et se retrouvent à devoir trouver des solutions alternatives très rapidement pour maintenir leur activité. La transformation numérique est particulièrement vraie pour des sociétés soumises à de fortes menaces concurrentielles. Cette crise du Covid pourrait être la ligne de départ d’une transformation numérique à grande échelle sur le territoire.

Selon le cabinet de conseil IDC, la demande de solutions permettant le travail à distance et la collaboration sera le moteur de la croissance en TIC (Technologies de l’Information et de la Communication).

Pour le moment, les statistiques ne sont pas encore disponibles pour mesurer exactement l’impact de la crise sur la montée en puissance de la transformation numérique en France.

On note tout de même que 73 % des responsables informatiques (principalement dans les secteurs des opérations et du développement) s'attendent à accélérer ou à maintenir les initiatives de transformation numérique pendant la pandémie.

Il est aussi intéressant de se pencher sur les prévisions d’embauches liées : les responsables informatiques prévoient d'embaucher davantage d'analystes financiers (68 %), d'architectes du Cloud (53 %), d'ingénieurs DevOps (50 %) et de spécialistes des données (47 %).

Il est important de noter que la responsabilité financière est essentielle pour définir les priorités actuelles en matière de dépenses informatiques. « Les chefs de technologie devront travailler avec leurs homologues des finances pour aligner les dépenses en informatique sur les priorités de l'organisation et s'assurer qu'ils disposent des bons repères pour mesurer l'impact commercial des investissements dans ce domaine », conseillent les auteurs de l'enquête OpsRamp. Dans le même temps, ils mettent en garde contre le risque de réduire les budgets informatiques : « Le gel des dépenses informatiques critiques pourrait conduire à la faillite ».

Actualité n°2 : KaviAR Gate, l’application de téléportation en réalité augmentée

La startup « KaviAR » est spécialisée dans la réalité augmentée. Dans le contexte de crise actuelle mais aussi d’immobilisme forcé pour se protéger et protéger les autres, elle a lancé « KaviAR Gate », une application spécifique permettant de se « téléporter » dans un autre pays depuis son salon.

Evidemment, qui n’a pas déjà souhaité de se retrouver en Australie ou au Pérou en franchissant un simple portail, comme dans les films de science-fiction ? C’est ce que propose l’application mobile KaviAR Gate (de façon moins spectaculaire, certes) grâce à la réalité augmentée.

Sur notre téléphone, on sélectionne notre destination. L’application scanne alors l’environnement de l’utilisateur (la pièce où il se trouve) puis crée une « porte ». Lorsqu’il se dirige vers cette porte, l’utilisateur peut alors se « téléporter » vers la destination choisie. En manipulant son téléphone, on profite d’une vue à 360 degrés.

Exposante au TOTEC 2018, la jeune start-up française a développé un logiciel en ligne qu’elle met à disposition des entreprises.

Actualité n°3 : Comment Naval Group accélère virtuellement la conception des navires

C’est en exploitant le jumeau numérique que Naval Group souhaite intensifier ses études pour la conception de ses nouveaux navires.

Le Suffren, qui doit effectuer ses premiers essais en mer cette année, introduit la série des derniers sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) du programme Barracuda de la Marine française.

Son principal atout est sa chaufferie nucléaire qui lui offre une permanence et une discrétion sous les eaux inégalées vis-à-vis des précédents modèles. Cet ensemble a été validé à partir d’un jumeau numérique développé par Naval Group et TechnicAtome, son partenaire.

"Nous avons développé le jumeau numérique de toute la chaîne fonctionnelle de propulsion du navire en modélisant l’ensemble de ses constituants. Ces modèles ont pu être regroupés pour fonctionner simultanément de façon à simuler globalement le fonctionnement de la chaîne propulsive du Barracuda".

Pour le fournisseur de la Marine nationale, ce développement majeur confirme le potentiel de ce nouvel outil de simulation, qui a permis d’accélérer considérablement l’étape de la conception.

En matière de conception et donc de l’utilisation du « jumeau numérique », l’industriel va se concentrer d’abord sur les équipements les plus critiques.

Naval Group a d’autres débouchés pour le jumeau numérique. Ce qui est primordial est évidemment la maintenance prédictive, qui doit permettre de prévenir l’équipage du dysfonctionnement à venir d’un appareil. "On compare en temps réel les paramètres issus de l’équipement et les paramètres prédits par son jumeau numérique. En cas de divergence, c’est que l’équipement est en train de dysfonctionner".

La maîtrise de cet outil reste des plus exigeantes. Malgré une vingtaine d’années d’expérience des outils numériques (maquette numérique 3D, CAO 3D, simulateur d’entraînement des équipages, réalité virtuelle…), Naval Group avance progressivement.

Mais l’exigence la plus forte porte sur le temps réel. Dans le futur, les équipages envisagent d’exploiter le jumeau numérique en situation d’engagement militaire, comme une attaque par une torpille. Des outils d’aide à la décision feront appel au jumeau numérique du navire pour savoir quelle est la meilleure décision à prendre. Le jumeau numérique ne fait que démarrer !

Actualité n°4 : Au Muséum national d’Histoire naturelle, la réalité virtuelle a trouvé sa place

Il y a 5 ans, le musée s’est lancé le défi de proposer plusieurs animations de réalité virtuelle. C’est ainsi qu’est né le premier cabinet de réalité virtuelle dans le monde de la culture. 5 ans après, c’est un pari réussi puisque la réalité virtuelle a su s’intégrer à merveille au sein du musée.

Comment la réalité virtuelle s’est-elle immiscée au sein du Muséum national d’Histoire naturelle ?

C’est d’abord avec une volonté d’expliquer de la meilleure des façons la théorie de l’Evolution au public. Il a fallu deux ans de recherches et de développement pour monter ce projet. L’équipe propose ainsi une salle équipée de plusieurs casques pour une expérience optimale.

La réalité virtuelle immerge l’utilisateur dans son contenu, d’être plus engagé émotionnellement. En immersion, la VR déclenche en nous des perceptions qui favorisent l’intégration des messages et leur compréhension. Les sens sont sollicités d’une manière inédite.

C’est en grande partie la société Orange, mécène du Muséum national d’Histoire naturelle, qui a permis le développement de ce projet pharamineux. Le musée a, avec eux, lancé une application mobile ainsi qu’un MOOC.

Le musée propose désormais une expérience en lien avec les expositions temporaires qui changent une fois par an. Il y a eu, par exemple, une expérience VR autour des mammifères géants disparus et un autre sur les fonds marins.

Le musée travaille sans cesse sur de nouvelles idées immersives pour ses visiteurs. Restez connectés pour ne rien rater !

Retrouvez l’intégralité des articles ci-dessous :

https://www.zdnet.fr/actualites/covid-19-la-crise-actuelle-sera-t-elle-moteur-de-la-transformation-numerique-39902679.htm

https://www.tom.travel/2020/04/22/museum-national-histoire-naturelle-realite-virtuelle-trouve-sa-place/

https://www.tom.travel/2020/04/21/kaviar-gate-application-teleportation-realite-augmentee/

https://www.usinenouvelle.com/editorial/comment-naval-group-accelere-virtuellement-la-conception-des-navires.N953886


Retour aux articles