Blog

[ FOCUS ] Grégoire, Ingénieur Procédés dans le Pharmaceutique

Sur le blog aujourd'hui nous accueillons Grégoire, Ingénieur Procédés dans le secteur pharmaceutique en Belgique. Il nous en dit plus sur son parcours d'ingénieur et sa mission client actuelle.

Bonjour Grégoire, peux-tu m’en dire plus sur ton parcours, tes études, comment as-tu su que tu voulais devenir ingénieur ?

Après le baccalauréat je me suis d’abord engagé dans des études de médecine ne sachant pas ce que je voulais faire précisément avant de comprendre que je n'étais pas fait pour cette voie. Je me suis donc dirigé sur une licence de biologie avec une spécialité en agroalimentaire, puis qualité agroalimentaire à l’ISA à lille avant d’intégrer l’UTC de Compiègne pour y faire un Master en Qualité et Performance dans les organisations.

Peux-tu nous dire en quelques mots ce que fait la société dans laquelle tu évolues ?

Je suis actuellement en mission au sein de GSK, GlaxoSmithKline, l’un des plus importants groupes pharmaceutiques mondial, et plus particulièrement dans son entité vaccins.

Peux-tu nous en dire plus sur ta mission ? Une journée type ?

Ma mission se déroule au sein de BeEM, une entité transversale de GSK vaccine en Belgique. J'interviens dans l'unité Project Definition. Je suis en charge d’évaluer dans un premier temps sur l’ensemble des unités de production belges les méthodes de nettoyage utilisées afin de les améliorer et de les rendre plus robustes.

Je n’ai pas vraiment de journée type, je jongle en différentes taches à faire, entre accompagner les MPU (unité de production) pour leur autoévaluation des méthodes de nettoyages afin de les rendre les plus complètes possibles, je dois ensuite effectuer des visites sur site afin de connaître le déroulement des process de nettoyage avec les utilisateurs. Suite à cela, je vais écrire un rapport listant les points qui peuvent être améliorés en terme de nettoyage, mais aussi en réduisant les risques EHS. Il y a également une partie d’harmonisation des pratiques entre les différentes MPU. Le but étant d’arriver sur du 0 manual cleaning, c’est-à-dire, que l’action doit pouvoir être mesurée, contrôlée pour montrer sa répétabilité et reproductibilité.

Que préfères-tu dans ce projet ?

Ce projet me permet de visiter l’ensemble des unités de production, et de pouvoir être engagé dans différents projets. Selon les bâtiments la problématique 0 manual cleaning n’est pas la même. Je peux être intégré au design de nouvelles charges de machines à laver, sur la mise en place de nouveau bains à ultrason, ou sur l’élimination des grades B.

D’après toi, qu’est ce qui est le plus challengeant ?

Le plus challengeant reste à venir, nous allons devoir chercher à harmoniser les différentes façons de faire de chaque MPU, chercher des solutions techniques afin de mieux contrôler et mesurer nos nettoyages, devoir remplacer des équipements, trouver des fournisseurs pour fournir du matériel prêt à l’emploi ou des améliorations d’automation, mais tout cela doit se faire avec l’aide des utilisateurs et avec les contraintes de production, et budgétaire.

Comment te vois-tu évoluer par la suite ?

C’est une excellente question, j’aimerais déjà pouvoir arriver au bout de la définition de projet, et pouvoir par la suite être intégré à la partie exécution ce qui risque de prendre quelques années encore.


Merci Grégoire pour ton retour d'expérience, nous te souhaitons une excellente continuation pour la suite.

Retour aux articles